Poème XXIV - Au-delà des vanités

Publié le par M. Aurangé

Les années passent et les siècles aussi
Couvrant de l’oubli les plaies du passé
Diluant la souffrance dans la banalité
Du temps paisible que la peur engourdit

Se croyant du mal à l’abri
L’Homme bâtit ses projets heureux
Et comme partout le soleil luit
Pense que toujours le ciel sera bleu

Mais les vents contraires, invisibles
Se meuvent avec plus grande violence
L’Homme se croyait invincible
Installé dans son insouciance

Il se souvient alors de la liberté
Qu’il avait si chèrement acquise
Et dans son esprit, enfin délivrée
Vient l’absoudre de ses méprises

Bien au-delà des apparences
Et des méandres de l’illusion
Que l’esprit trompé ensemence
Croît la véritable moisson

Elle n’est point celle de ce qu’il a,
Dans la matière, emprisonné
Mais de l’essence de ce qu’il est,
Loin de toutes vanités.

Marlène Aurangé

Jan Sanders van Hemessen (né à Hemiksen vers 1500 - mort à Anvers (?) vers 1560), huile sur bois, 90 x 73 cm, Vanité, vers 1535-1540 (Source : http://www.pba-lille.fr/spip.php?article38)

Jan Sanders van Hemessen (né à Hemiksen vers 1500 - mort à Anvers (?) vers 1560), huile sur bois, 90 x 73 cm, Vanité, vers 1535-1540 (Source : http://www.pba-lille.fr/spip.php?article38)

Commenter cet article

P
Très parlant ton poème et d'actualité je trouve...<br /> Bonne journée Marlène !<br /> Bisous
Répondre
M
L'inspiration émane de partout...<br /> Bonne journée à toi aussi, Paloma.<br /> Bisous !