Poème XXXVI - La marmotte et l'aubépine

Publié le par M. Aurangé

Sur une colline, la marmotte sautillait
Alors toute fraîche et pimpante
Il sentait bon et verdoyait
Ce chemin en douce pente

Confiante dans son ascension
Elle ne regardait plus en arrière
Peut-être par déraison,
Elle reniait tous ses repères

Je suis forte comme un roc, pensait-elle
Tous les pièges ne seront que bagatelles
Je contrerai mes sentiments
Je suis comme l’engoulevent
Qui voit clairement dans la nuit
Et ni ne tremble ni ne fuit

Elle arriva dans une prairie
Aux couleurs chatoyantes
Des coquelicots et des soucis
Ondulant au vent qui chante

Quand son regard fut attiré
Par une superbe aubépine
Aux pétales rouge orangé
Aux feuilles ciselées, si fines

Comme elle aima cet arbuste
Semblant soleil vivant
Diffusant ses rayons justes
Jusqu’à son cœur tremblant

Ses fruits nombreux et charnus
Éveillaient son appétit
A l’ombre de son élue
Elle se serait endormie

Exaltée, elle s’élance
Désirant cueillir l’essence
De l’odeur suave et douce
De ses fleurs et tendres pousses

Mais elle reste soudain figée
Quoi ? Une douleur vive et lancinante
M’écorche le corps entier !
Et de son nuage, s’entame la descente

Petites perles de sang
Viennent lui rappeler intensément
Que derrière les plus belles aubépines
Se cachent toujours mille épines

A ceux qui pensent qu’aimer
Est chose douce et aisée
Songez que si la rose est l’apparence
Un jour se fanent les pétales
Prévoyez-vous de l’impatience,
Car trop vite cueillir fait mal

Marlène Aurangé

Fruits de l'aubépine (source : http://clicimage.eklablog.com)

Fruits de l'aubépine (source : http://clicimage.eklablog.com)

Commenter cet article