Poème LI - Soleils, seul oeil

Publié le par M. Aurangé

Soleil, ô seul œil
De l'Univers, depuis la Terre
Paraît seule source de lumière
Roi des astres, t'en enorgueillis

 

Ton souffle, ô Soleil, est de feu
Ton cœur rougeoît d'or et de cuivre
Et des rayons de lueur vive
Flamboient aux confins des cieux

 

Ainsi tu te montres aux hommes
Plus grand que tes sœurs les étoiles
Qui au grand jour deviennent pâles
Perdues, diluées dans ton royaume

 

Mais d'aussi loin que naisse leur clarté
Certaines, plus imposantes encore
N'envient nullement tes qualités

 

Cette lumière des confins du cosmos,
C'est d'elle dont rêvent les poètes
Quand tu réchauffes les corps, sous les oripeaux

 

Soleil, depuis les nuits ancestrales
Tu joues dans les esprits, insufflant des doutes
Et l'Homme, insatiable, traçant sa route
Sait que tu es étoile parmi les étoiles

 

Marlène Aurangé

(source : Pixabay.com)
(source : Pixabay.com)

(source : Pixabay.com)

Commenter cet article

Ach 03/04/2019 04:44

Une ode illuminati à Horus...