CopyrightFrance.com compteur
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Calomnie

Publié le par M. Aurangé

Il ne faut croire que ce que l'on voit... Principe essentiel pour des relations sociales sereines, et pourtant si peu appliqué. Comment, en effet, ne pas quelquefois céder à la tentation d'écouter ce que telle personne a à dire sur une autre ? Nous sommes tous amenés, dans nos relations professionnelles ou amicales, à discuter des gens qui nous entourent, et votre interlocuteur pourra vous dire "untel a fait ceci, untel est comme cela"...

Si nous connaissons peu les personnes concernées et que nous sommes amenés à être en contact avec elles, nous pouvons facilement, j'oserais presque dire "malgré nous", prêter attention à ces bavardages, quand bien même nous nous efforçons de ne point leur donner d'importance.

Pourtant, rien n'est plus subjectif, et combien de malentendus peuvent résulter de l'attention que l'on peut porter à des rumeurs... Car si la personne qui est en face de vous peut être parfaitement sincère sur ce qu'elle pense de l'homme ou de la femme faisant l'objet de vos conversations, il ne s'agit que de son point de vue, qu'elle s'est forgé en fonction de ses propres valeurs et de sa propre expérience. Or, chaque être humain est différent, on peut donc penser qu'il y a autant de points de vue que d'êtres humains.

Et je ne parle pas de ceux dont les seules motivations sont la jalousie et l'hypocrisie, de ceux qui trouvent leur plaisir dans le malheur des autres...

Il faut donc, autant que possible, rester hermétique à toutes ses informations. Rester soi-même, agir en fonction de sa propre vision des choses et ne juger personne avant de n'avoir fait plus ample connaissance.

Tant de belles amitiés naissantes peuvent être gâchées par ce fléau...

Publié dans Quotidien, Musique

Partager cet article

Repost0

Veritas

Publié le par M. Aurangé

"La vérité est si obscurcie en ces temps et le mensonge si établi qu'à moins d'aimer la vérité on ne saurait la reconnaître" Blaise Pascal.

Une citation bien d'actualité...

Publié dans Quotidien, Citations

Partager cet article

Repost0

Les vertus de l'Agave

Publié le par M. Aurangé

Les vertus de l'Agave

Au fil de mes lectures, j'ai découvert plusieurs informations intéressantes sur l'agave, cette plante dont on se sert dans l'élaboration de la tequila. Son nom, tiré du grec agauê qui signifie admirable, donne une idée de ses différentes qualités.

Tout d'abord, un livre, "Mexique, l'Homme et l'Agave", de Sabine Hargous, paru aux éditions L'Harmattan, retrace l'histoire de cette plante dans le Mexique de la période précolombienne jusqu'à nos jours.

"Pour des milliers de petits paysans mexicains, indiens ou métis, l'agave est plus qu'une plante. Connu depuis plus de dix mille ans, les Espagnols le surnommèrent " L'arbre à merveilles " pour ses innombrables utilisations. Sur les hauts plateaux arides, il constitue un fidèle allié qui aide à survivre, tandis que sur les basses terres tropicales il exprime la perpétuation d'un esclavage déguisé. Au nord comme au sud, cette plante qui a fait la richesse du Yucatan au XIXe siècle est aujourd'hui synonyme de faim, dans un Mexique qui demeure plus que jamais " le pays de l'inégalité "".

Les vertus de l'Agave

Selon un article paru dans le journal espagnol ABC en mars dernier "La planta del tequila también podría servir para controlar la diabetes" (vous trouverez la version originale ici), une étude récente a démontré que cette plante pouvait également avoir des effets bénéfiques sur le contrôle de la glycémie des personnes atteintes de diabète :

De l'agave pour contrôler le diabète (ABC)

Outre la fameuse tequila, l'agave contient un produit infiniment plus bénéfique pour la santé que le puissant alcool distillé que l'on extrait de ses feuilles. La clef résiderait dans les « agaves », sucres naturels singuliers (fructanes) se trouvant dans cette plante et qui, sans être digestibles pour l'être humain, pourraient agir comme une fibre alimentaire, sans élever la glycémie. De plus, ces fructanes, polymères de fructose dérivés de la molécule de saccharose, auraient également des effets prébiotiques reconnus, tels que l'amélioration de la présence de bifidobactéries dans le côlon et la prévention des maladies intestinales.

Selon les experts du Centre de Recherche et d'Etudes Avancées en Biotechnologie et Biochimie d'Irapuato, grâce à ces « agaves », non seulement les niveaux de glucose diminuent et ceux de GLP-1 (un péptide analogue au glucagon de type 1) augmentent, mais la production d'insuline est également stimulée. Bien que les agaves contiennent du fructose, elles comportent de longues chaînes ramifiées, liées entre elles, que le corps humain ne peut assimiler, de sorte qu'elles n'affectent pas la glycémie ; c'est pourquoi elles pourraient être utilisées pour contrôler le diabète de type 2.

Dans les études qui ont été réalisées, un groupe de souris a été nourri avec un régime standard et l'on a ajouté quotidiennement ces substances dans leur eau. Les souris ont été pesées chaque jour et leur glycémie a été contrôlée toutes les semaines. La plupart des souris qui ont pris ces substances mangeaient moins, ont perdu du poids et leur niveau de glucose dans le sang s'est réduit comparativement aux autres édulcorants comme le glucose, le fructose, la saccharose, le sirop d'agave et l'aspartame.

« Les agaves, comme d'autres fructanes composées de sucre fructose, sont les meilleurs édulcorants pour maintenir la croissance des bactéries bénéfiques pour la santé dans la bouche et l'intestin » explique Mercedes G. Lopez, qui souligne également qu'elles peuvent aider les gens à se sentir plus rassasiés, tout en réduisant l'alimentation. Toutefois, avertit la chercheuse, « comme l'éthanol de la tequila provient de la fermentation du glucose et du fructose produite après la cuisson des feuilles de cette plante, les agaves se transforment en éthanol et par conséquent, ne se trouvent plus dans le produit fini de la tequila ». De sorte qu'on ne peut rechercher d'effets bénéfiques pour les diabétiques dans l'ingestion de cette boisson alcoolisée, car il n'y en a pas.

Les agaves dérivés de la plante de la tequila sont, en outre, meilleurs que les édulcorants artificiels car ils ne provoquent pas d'effets secondaires, tels que les maux de tête. Le seul inconvénient, termine Mercedes G. Lopez, est que « le goût n'est pas aussi sucré que celui des édulcorants artificiels ». On ne peut pas être parfait.

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost0

Dieppe pendant la guerre

Publié le par M. Aurangé

Dieppe pendant la guerre

Dans la continuité de mon recensement d'ouvrages relatifs à la Grande Guerre, voici un livre qui intéressera sans doute les Dieppois et les passionnés d'Histoire.

Ce livre de Georges Lebas, paru en 1922, vient d'être réédité par les éditions "Le Livre d'Histoire", dans la collection "Monographie des villes et villages de France".

Un trésor d'informations sur la vie quotidienne des Dieppois pendant les quatre années de guerre...

Voici la description de l'éditeur :

Le matin du 3 août, les mobilisés escortés par leur famille se rendent à la gare pour prendre les trains qui les conduiront à Rouen, Versailles, Cherbourg ou au Havre, selon qu'ils sont dans l'infanterie, l'artillerie ou la marine. Pendant plusieurs semaines, la population vit au rythme des maigres nouvelles que leur apportent les crieurs de journaux ou les premières lettres des soldats. Puis le 25 août, les Dieppois ont devant leurs yeux le visage sanglant de la guerre.

Plus de quatre cents blessés remplissent un long train qui suit lentement le quai Duquesne et s'arrête en face du collège. A leur arrivée, acclamés comme des héros, les malheureux sont transportés dans les automobiles des civils qui se sont précipités au premier appel. Les hôpitaux auxiliaires sont vite remplis et les dames infirmières accueillent les victimes dont la bonne humeur n'est nullement entachée par les souffrances. Sur les tableaux officiels, les nouvelles ne sont pas bonnes. Un communiqué apprend que « nous allons rester un temps sur la défensive » et que « nos pertes sont importantes ». Les habitants comprennent que l'offensive a échoué.

Les dépêches des jours suivants apportent leur flot de malheur et d'inquiétude. Les émigrants belges et ceux du Nord qui ne cessent d'affluer, harassés et mornes, fournissent sur les combats de Péronne et de Bapaume des renseignements que les journaux n'ont pas donnés. Du récit des cruautés implacables des Allemands naît la panique. Nombreux sont ceux qui décident d'évacuer la ville. Rouen a déjà perdu 22 000 de ses habitants les plus aisés en quelques jours. Tandis que les optimistes constatent que Dieppe, très à l'ouest, paraît à l'écart du trait formidable dessiné par la colonne allemande qui descend de Lille sur Paris, les pessimistes craignent que des bandes de uhlans se détachent du gros de l'armée pour venir imposer une contribution de guerre, procéder à des réquisitions de vivres.

Cela n'est en effet pas impossible, mais comment « faire suer en or » les Dieppois après une saison mauvaise, tandis que les charges sont considérables et l'avenir peu rassurant. Pour l'heure, les boulangers doivent produire plus de pain que lors des grandes fêtes locales, pour nourrir tous les réfugiés.

Partager cet article

Repost0

Ecos eternos, Luz Casal

Publié le par M. Aurangé

J'adore la voix de cette chanteuse espagnole, magnifique et toute en sensibilité. La première fois que j'ai écouté cette chanson, "Ecos", j'ai été submergée par une vague d'émotion... Luz Casal est une grande artiste.

"Ecos", chanson en hommage aux victimes de l'attentat terroriste du 11 mars 2004 à la gare d'Atocha de Madrid, pour lesquels j'ai eu une pensée en avril dernier, lors de mon premier voyage à Madrid...

Paroles :

Recuerdo el día que
te fuiste una mañana de invierno
subiste en ese tren
e hicieron de mi vida un infierno
y los besos que entregué
te los llevaste demasiado lejos

Y me despierto en un vagón
ya me he pasado de estación
no me preguntes qué hago aquí
en las entrañas de Madrid
puede que exista una razón
que me robara el corazón, el corazón
Mil noches y una más
tratando de escapar de un mal sueño
oyendo en soledad
el llanto de los ecos eternos

¿Cuánto tiempo ha de pasar
para sentir que ya no estás viviendo?
Y me despierto en un vagón
ya me he pasado de estación
no me preguntes qué hago aquí
en las entrañas de Madrid
en las entrañas de Madrid

Publié dans Musique

Partager cet article

Repost0

Une citation...

Publié le par M. Aurangé

"Il est tellement important de laisser certaines choses disparaître.De s'en défaire, de s'en libérer. Il faut comprendre que personne ne joue avec des cartes truquées. Parfois on gagne, parfois on perd. N'attendez pas que l'on vous rende quelque chose, n'attendez pas que l'on comprenne votre amour. Vous devez clore des cycles, non par fierté, par orgueil ou par incapacité, mais simplement parce que ce qui précède n'a plus sa place dans votre vie. Faites le ménage, secouez la Poussière, fermez la porte, changez de disque. Cessez d’être ce que vous étiez et devenez ce que vous êtes."

Paulo Coelho, Le Zahir

Publié dans Citations

Partager cet article

Repost0

A la recherche de la sélénite

Publié le par M. Aurangé

A la recherche de la sélénite

Aujourd'hui je suis allée dans une boutique à Paris, spécialisée en pierres et minéraux, ceci pour voir si je trouvais quelques pièces intéressantes pour ma collection.

Si j'ai toujours collectionné les minéraux pour leur beauté, leur rareté et l'intérêt scientifique que j'y porte, par le hasard des rencontres j'ai appris, il y a peu, quelques notions de lithothérapie.

La description des propriétés d'une pierre en particulier a retenu mon attention : la sélénite "sert à former un réseau protecteur dans la maison ; apporte une ambiance sereine et une paix profonde". Bref, tout ce qu'il n'y a pas chez moi... "Il me faut cette pierre !" me suis-je donc dit.

En plus, le nom de cette pierre est prometteur... "Sélénite", comme le nom que l'on donne aux habitants présumés de la Lune, comme la déesse de la pleine Lune Séléné.

Arrivée dans la boutique, pleine d'espoir de trouver cette fameuse sélénite, après en avoir fait trois fois le tour je me rends à l'évidence : il n'y en a pas ici. Cependant, si je m'intéresse aux minéraux, je ne suis pas une experte, aussi ai-je pensé que, peut-être, quelque chose m'avait échappé...

Je demande donc au vendeur : "Avez vous des sélénites ?", et là, très étonnée, je l'écoute me répondre que la sélénite est en fait du gypse, que le terme "sélénite" est un dérivé du mot anglo-saxon se rapportant au gypse.

Très bien... Je me tourne donc vers le gypse (mais pas n'importe lequel, car je lis ce soir que la variété de gypse appelé "sélénite", du grec selenitis "pierre de lune", car on dit y voir l'éclat de la Lune, se présente sous la forme de cristaux très purs, translucides à transparents).

Tout cela, finalement, est bien poétique, à condition d'oublier le commentaire final du vendeur : "Le gypse, vous savez, cette pierre qui, réduite en poudre, sert à faire du plâtre"...

Publié dans Quotidien

Partager cet article

Repost0

L'extraordinaire voyage du fakir... de Romain Puértolas

Publié le par M. Aurangé

L'extraordinaire voyage du fakir... de Romain Puértolas

En voyant, il y a quelques jours, une femme dans le métro en train de lire "L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea" de Romain Puértolas, je me suis souvenue d'une collègue qui me l'avait chaudement recommandé.

C'est, m'avait-elle dit, le livre "à la mode" qu'il faut lire absolument. Pour ma part, je n'aime pas trop les livres à la mode, mais rien que pour le titre de ce livre je me suis dit que je devais bien aller voir de quoi il s'agissait, bien que je l'aie fait, je dois l'avouer, sans grande conviction.

Et là, surprise ! En lisant quelques résumés et critiques que j'ai trouvés sur internet, je me rends compte qu'il s'agit d'un ouvrage un peu plus profond qu'il n'y paraît... qui, au-delà d'une histoire abracadabrante et d'un humour très présent (plus ou moins apprécié selon les critiques que j'ai lues), engage une réflexion sur la condition humaine, notamment celle des clandestins.

Dénoncer les travers de notre société au moyen d'une histoire un peu loufoque et d'une certaine ironie, voilà qui me rappelle les contes philosophiques de Voltaire que je lisais adolescente (sans pousser la comparaison plus loin).

Cependant, je reste assez sceptique, le style d'écriture de l'auteur ne correspondant pas à ce que j'ai l'habitude de lire.

Alors, à tous ceux qui viennent de lire ce billet : si vous avez un avis sur ce livre, n'hésitez pas à m'en faire part !

Publié dans Lectures et critiques

Partager cet article

Repost0

Carpe diem

Publié le par M. Aurangé

Carpe diem

Un peu de soleil et de chaleur en ce début de mois de juin... Relâchons un peu la pression et profitons de la nature qui nous entoure et de tous les petits plaisirs de la vie !

J’ai l’esprit tout ennuyé
D’avoir trop étudié
Les Phénomènes d’Arate ;
Il est temps que je m’ébatte
Et que j’aille aux champs jouer.
Bons Dieux ! qui voudrait louer
Ceux qui, collés sus un livre,
N
’ont jamais souci de vivre ?

Que nous sert l’étudier,
Sinon de nous ennuyer ?
Et soin dessus soin accroître
A nous, qui serons peut-être
Ou ce matin, ou ce soir
Victime de l’Orque noir ?
De l’Orque qui ne pardonne,
T
ant il est fier, à personne.

Corydon, marche devant ;
Sache où le bon vin se vend ;
Fais rafraîchir la bouteille,
Cherche une feuilleuse treille
Et des fleurs pour me coucher.
Ne m’achète point de chair,
Car, tant soit-elle friande
,
L’été je hais la viande ;

Achète des abricots,
Des pompons, des artichauts,
Des fraises et de la crème
C’est en été ce que j’aime,
Quand, sur le bord d’un ruisseau,
Je les mange au bruit de l’eau,
Etendu sur le rivag
e
Ou dans un antre sauvage.

Ores que je suis dispos,
Je veux rire sans repos,
De peur que la maladie
Un de ces jours ne me die,
Me happant à l’impourvu :
“Meurs, galant
, c’est trop vécu !”

Pierre de Ronsard, Les Odes

Partager cet article

Repost0