CopyrightFrance.com compteur
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Citation chinoise

Publié le par M. Aurangé

"Celui qui comprend le sens de la vie n'est pas en quête de choses insensées.

Celui qui comprend le destin n'est pas en quête de choses qui dépassent son entendement."

Tchong Tseu

Source : www.terrafemina.com, "Le Chat Philosophe", Kwong Kuen Shan

Aquarelle de Kwong Kuen Shan

Aquarelle de Kwong Kuen Shan

Publié dans Citations

Partager cet article

Repost0

La Normandie souterraine, approche archéologique de l'époque gallo-romaine en Seine-Inférieure

Publié le par M. Aurangé

La Normandie souterraine, approche archéologique de l'époque gallo-romaine en Seine-Inférieure

Paru initialement en 1854, la Normandie souterraine ou notice sur des cimetières romains et des cimetières français explorés en Normandie relate la somme des quelques vingt ans de travaux menés jusqu’alors par l’abbé Cochet.

Pris de passion pour l'archéologie après la découverte d'une villa gallo-romaine à Etretat où il demeurait dans sa jeunesse, Jean-Benoît-Désiré Cochet (1812-1875) devient, dès 1834, correspondant de la Commission des Antiquités.

Il ne cessera dès lors, en sus de sa carrière ecclésiastique, de se consacrer entièrement à l'archéologie et en est considéré comme l'un des pères fondateurs en France, au XIXème siècle.

Auteur de nombreux ouvrages recouvrant notamment les époques gauloise, romaine et franque en Normandie ainsi que sur les églises de Seine-Maritime (arrondissements de Dieppe, d’Yvetot et du Havre), il convie ses lecteurs, au travers de la Normandie souterraine, à une remontée dans le temps où nous sont dévoilés, au fil des découvertes faites dans les cimetières romains et francs de Normandie, toutes les croyances, modes de vie et éléments pratiques de la vie quotidienne de nos lointains ancêtres.

Partager cet article

Repost0

Citation

Publié le par M. Aurangé

"L'amour est comme le radium, il ne nous est connu que dans l'union qu'il forme avec ses composés."
Natalie Clifford Barney, Pensées d'une Amazone - 1920.

"L'union par la pensée est la plus difficile des unions."
Natalie Clifford Barney, Aventures de l'esprit - 1929.

Paul Véronèse - Allégorie de l'Amour IV - l'Heureuse union (vers 1570)

Paul Véronèse - Allégorie de l'Amour IV - l'Heureuse union (vers 1570)

Publié dans Citations

Partager cet article

Repost0

Des Grecs en Camargue, un exil entre sel et mer

Publié le par M. Aurangé

Des Grecs en Camargue, un exil entre sel et mer

Je signale la parution récente du livre d'Annie Maïllis "Des Grecs en Camargue", retraçant l'histoire des immigrés Grecs, mais aussi Arméniens, venus s'installer en Camargue pour y travailler dans les salines à l'époque de la Première Guerre mondiale.

Un livre composé, notamment, de témoignages intéressants de ces saliniers et de leurs descendants, qui a servi d'appui à Annie Maïllis pour son intervention sur le processus de patrimonialisation à l’œuvre autour de cette vague d'immigration lors d'un colloque sur le thème de l'enjeu social et culturel du patrimoine de l'immigration en France et en Europe, en décembre 2012.

Le lien ci-dessous renvoie également vers le film tiré de ce livre, Le peuple du sel, paroles de Grecs.

Description de l'éditeur :

Des Grecs en Camargue évoque la vie des Grecs partis du Dodécanèse ou d’Asie Mineure pour les salines de Basse Camargue. Il restitue leur vie à la fois rude et chaleureuse, cette part de leur histoire mal connue, menacée d’oubli, sans négliger le présent de leurs descendants.


La diaspora grecque n’a fait l’objet que de quelques articles et d’aucun livre de fond contrairement aux autres communautés qui ont peuplé le pays. Le livre comble en partie cette lacune. Le lecteur peut le parcourir librement, sauter d’un chapitre de « La vie à Salin » à un des « Parcours de vie » si romanesques et parfois si douloureux.


Loin d’une étude sociologique théorique, Annie Maïllis offre une chronique vivante d’un groupe humain à la fois original par ses provenances diverses (Dodécanèse et Asie Mineure) et la qualité de ses membres (pour la plupart anciens pêcheurs d’éponges) et à la fois représentatif de tout exil avec ses souffrances et ses bonheurs.


Destiné à un public diversifié, bien au-delà des Grecs, l’ouvrage de 250 pages est abondamment illustré car l’auteur a voulu incarner ces destins et donner vie au territoire comme aux hommes : photos anciennes d’un passé révolu, images d’amateur émouvantes ou d’artistes. Ainsi les belles photographies de Carle Naudot restituent le Salin-de-Giraud du début du XXème siècle, et celles – splendides – de Dimitri Harissiadis l’île de Kalymnos en 1950. Les photographies du présent permettent de mieux saisir mutations et évolutions : Claude Teisson et la jeune Grecque Marily Konstantinopoulou se sont attachés à les capter à travers les paysages ou les visages des Grecs de toute génération.

Partager cet article

Repost0

No me importa nada, Luz Casal

Publié le par M. Aurangé

Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire sur ce blog, j'aime beaucoup la chanteuse espagnole Luz Casal, dont la voix m'émeut, de même que la musique et les textes de ses chansons.

Il y a quelques jours, j'ai découvert par hasard "No me importa nada", qui fut l'un de ses premiers succès en 1989.

Un texte magnifique et empli d'émotion, qui peut être interprété de différentes manières suivant les expériences de chacun, mais dont je préfère retenir le message, plein de bon sens, que pour son bien il faut avant tout agir selon ses propres ressentis, que le bonheur est dans la simplicité de la vie.

Beaucoup de joie, d'allégresse émane aussi de ce clip, le sourire de Luz Casal, absent au début, vient ici comme une libération dès le premier refrain, lorsqu'elle rejoint la rue.

Et bien sûr, pour tous les amoureux de Madrid, ce clip nous offre le bonheur de retrouver l'ambiance de ses rues !

Pour les non hispanophones, "no me importa nada" peut être traduit par "je m'en fiche" ou "je n'en ai rien à faire".

Paroles :

Tú juegas a quererme,
yo juego a que te creas que te quiero.
Buscando una coartada,
me das una pasión que yo no espero
y no me importa nada.


Tú juegas a engañarme,
yo juego a que te creas que te creo,
escucho tus bobadas
acerca del amor y del deseo


y no me importa nada, nada
que rías o sueñes
que digas o que hagas
y no me importa nada
por mucho que me empeñe
estoy jugando y no me importa nada.


Tú juegas a tenerme,
yo juego a que te creas que me tienes
serena y confiada
invento las palabras que te hieren,
y no me importa nada.


Tú juegas a olvidarme
yo juego a que te creas que me importa,
conozco la jugada
sé manejarme en las distancias cortas


y no me importa nada, nada
que rías o sueñes
que digas o que hagas
y no me importa nada

por mucho que me empeñe

que digas o que hagas

y no me importa nada, nada
que rías o sueñes
que digas o que hagas
y no me importa nada

Que tomes o que dejés,
Que vengas o que vayas...
Y no me importa nada...

Que subas o que bajes
Que entres o que salgas...
Y no me importa nada...

Publié dans Musique

Partager cet article

Repost0

Le syndrome de la grenouille

Publié le par M. Aurangé

Le syndrome de la grenouille

Un ancien collègue m'avait une fois expliqué ce qu'était le syndrome de la grenouille :

Prenez une grenouille et mettez-la dans l'eau bouillante : sous l'effet de la douleur, elle aura un sursaut pour s'échapper.

En revanche, prenez une grenouille, mettez-la dans l'eau froide, et augmentez la température de l'eau petit à petit jusqu'à ébullition : la grenouille s'habituera au réchauffement sans s'en rendre compte et finira ébouillantée.

Ainsi, par phénomène d'accoutumance, pouvons-nous arriver à de graves situations.

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost0

Les brumes de l'apparence, de Frédérique Deghelt

Publié le par M. Aurangé

Les brumes de l'apparence, de Frédérique Deghelt

Dernièrement j'ai lu "Les brumes de l'apparence", de Frédérique Deghelt, paru il y a peu aux éditions Actes Sud.

Le thème, la médiumnité, est un sujet suffisamment intéressant et assez peu abordé dans la littérature pour que ce livre mérite que l'on s'y attarde. On y suit le cheminement de Gabrielle, une femme quadragénaire à la vie bien rangée, à qui tout a réussi, aussi bien professionnellement que personnellement, qui voit sa vie basculer le jour où elle se découvre des dons de médiumnité.

Loin des clichés sur les médiums auxquels chacun a déjà été confronté et qui peuvent, dans certains cas, être fondés (on ne compte plus les abus de certaines personnes peu scrupuleuses dans ce domaine), bien que ce don soit de plus en plus valorisé notamment grâce à la télévision, ce livre nous permet de comprendre, de l'intérieur, tout le cheminement intellectuel auquel une personne découvrant qu'elle a ce don peut être amenée à faire.

Un bel éloge de la tolérance également, car le don de médiumnité peut être difficile a accepter par l'entourage s'il n'y a pas été préparé.

Je regrette cependant certaines longueurs et une intrigue plutôt prévisible, ainsi que des passages trop rapides sur certains points pourtant cruciaux, tels que les rapports de Gabrielle avec son fils quand celui-ci prend connaissance de son don et une conclusion un peu décevante au regard de toutes les pistes qui ont été développées avant, avec moult références philosophiques, littéraires et scientifiques.

Malgré cela, pour ceux que le sujet intéresse, je recommande ce livre, ne serait-ce que pour toutes les références qu'il contient et le cheminement intellectuel de l'héroïne, qui me paraît très crédible.

Publié dans Lectures et critiques

Partager cet article

Repost0

Rien n'est jamais perdu...

Publié le par M. Aurangé

"Ce que vous avez perdu dans le feu, vous le retrouverez dans la cendre".

Un beau proverbe martiniquais pour dire que rien ne se perd définitivement. Toutes les expériences que nous pouvons faire dans la vie, même les plus négatives, n'affectent en rien nos capacités à atteindre la grandeur d'esprit à laquelle nous pouvons aspirer, dont nous retrouverons la trace, sous d'autres formes, par le biais des personnes que nous pourront rencontrer, de nos lectures ou simplement de petites choses de la vie qui attireront notre attention.

Un grand merci à Sophie de me m'avoir fait découvrir cette citation.

"Une lueur d'espoir", photographie allégorique (Charles Gilhousen, vers 1915)

"Une lueur d'espoir", photographie allégorique (Charles Gilhousen, vers 1915)

Publié dans Citations, Réflexions

Partager cet article

Repost0

Citation

Publié le par M. Aurangé

Citation

"Chaque homme, dans sa nuit, s'en va vers sa lumière"

Victor Hugo - Les Contemplations

J'aime beaucoup cette citation de Victor Hugo. Nous aspirons tous au meilleur, il ne suffit que de savoir ouvrir les yeux.

Publié dans Citations

Partager cet article

Repost0

Août

Publié le par M. Aurangé

Août

Quelques petits soucis m'ont détournée de ce blog le mois dernier, et j'en demande pardon à mes lecteurs.

Nous choisissons parfois des chemins tortueux, compliqués, alors que nous ne voyons pas les grandes et belles avenues qui s'ouvrent devant nous. Mais, peut-être, le passage par ces chemins tortueux est-il nécessaire pour apprécier ces belles avenues.

Ad augusta per angusta, comme le disait un homme qui m'a conduite sur ces chemins, pour le meilleur et pour le pire.

Mais cela m'a finalement aidée à retrouver un sens au travail d'écriture que je souhaitais reprendre depuis plusieurs mois, sans trouver l'inspiration, comme je l'expliquais dans l'un de mes premiers billets.

Je prévois donc d'alimenter un peu plus la rubrique "écriture" de ce blog dans les prochains mois.

Publié dans Quotidien

Partager cet article

Repost0