CopyrightFrance.com compteur
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Poème XXXI - Au rythme de Paris

Publié le par M. Aurangé

Comme une grande dame digne
Paris s’élève au petit jour
Et revêt ses plus beaux atours
De dentelles et de mousselines

Après les brumes du printemps
Brillent quelques toits dorés
Qui le soleil ferait envier
D’avoir de tels ornements

Dans les grandes avenues
Aussi vite que va le vent
Va la rumeur des passants
De manteaux de pluies revêtus

Voici l’orage et la terre gronde
La Tour Eiffel garde fière allure
Sur ce fluctuat nec mergitur
Comme un pied-de-nez au monde

Le soleil revient toujours
Sur Paris, reine des amours
A nous d’entretenir sa flamme
De Saint-Germain à Notre-Dame
Du Sacré-Cœur au quai Branly
Ou des Buttes-Chaumont à Passy

Marlène Aurangé

Panorama de Paris (photo : Marlène Aurangé)

Panorama de Paris (photo : Marlène Aurangé)

Partager cet article

Repost0

Poème XXX - Ode à l'être aimé

Publié le par M. Aurangé

J’aurais pu te dessiner les yeux fermés,
Tellement de fois noyé dans ton regard
Dans ces secondes d'éternité
Où s'abaissent tous les remparts.

Parcourant la carte de tes iris,
Mon cœur est la boussole qui touchera ton âme,
Mon fil d'Ariane dans les tourments des abysses
Guidé vers ton amour dont je découvrirai la flamme.

Ce feu, les dieux ne pourront pas nous le voler,
Alimentant la passion de notre union mortelle
Nous l'entretiendrons comme un temple sacré
Loin du tumulte et des cris qui se mêlent.

Je t’offrirai la lune et les étoiles
Libres comme le vent nous serons de doux amants
Et de chaque instant nous ferons une escale
Dans cet intime voyage jusqu'à la fin des temps.

Faisant des offrandes à l'autel de ton corps
Tu seras mon arche, face au déluge
Qui, jusqu'aux lueurs de l'aurore
Mènera nos âmes à leur ultime refuge

Faisant fi de l’énigme du sphinx face au temps,
Nous traverserons le Styx enlacés tendrement

Et, loin de ses eaux noires qui nous emporteraient
Nous créerons de nos vies un havre de paix.

Marlène Aurangé et Christophe Peñaranda

James Sant (1820-1916), The moonlit beauty

James Sant (1820-1916), The moonlit beauty

Publié dans Poèmes collaboratifs

Partager cet article

Repost0