CopyrightFrance.com compteur
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

10 articles avec divers

La truffe - Botanique de la truffe et des plantes truffières

Publié le par M. Aurangé

La truffe - Botanique de la truffe et des plantes truffières

Pour sortir un peu des sentiers battus de ce blog, tout en restant dans une approche historique, je souhaitais signaler la réédition du livre de A.D. Chatin, paru initialement en 1892, par les éditions Lacour-Ollé, La truffe - Botanique de la truffe et des plantes truffières.

Voici ce qu'en dit l'auteur : "Ce livre n'est pas fait spécialement pour les savants, botanistes ou chimistes, mais pour tout le monde.

Je veux y faire moins oeuvre de science, tout en restant exact, que de vulgarisation.

Aussi me garderai-je de noyer les Tubéracées utiles dans trop d'espèces n'ayant qu'un intérêt botanique.

Mon mémoire de 1869 sur la Truffe eut pour origine un Rapport à la société nationale d'Encouragement, rapport que m'avait demandé M. Dumas, son président, à la suite de la part prise par M. A. Rousseau, de Carpentras, à la Grande Exposition de 1867.

Le présent livre est sorti du désir d'améliorer et compléter cettee œuvre de premier et trop rapide jet, résultat que je m'efforcerai d'atteindre en rectifiant quelques faits admis sur la parole de maîtres faisant autorité."

Partager cet article

Repost0

Livre d'or

Publié le par M. Aurangé

Livre d'or

Chers lecteurs et lectrices,

Vous êtes de plus en plus nombreux à me lire chaque jour, et je vous en remercie. Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire, j'ai conçu ce blog avant tout comme un lieu d'échange, où chacun peut trouver des informations utiles tout en pouvant faire part de son sentiment ou de son point de vue.

Vos commentaires sont ce qui me motive à écrire. Aussi, je vous informe que j'ai installé un livre d'or, sur lequel je vous invite à me laisser vos éventuelles suggestions. N'hésitez pas à me laisser un petit mot !

Merci pour l'intérêt que vous portez à mes publications !

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost0

Le bâton de pluie

Publié le par M. Aurangé

Il y a une quinzaine d'années, je recevais en cadeau un bâton de pluie, instrument dont j'avais découvert l'existence quelques temps auparavant à l'occasion d'une sortie avec mes parents dans un magasin de produits bio et objets du monde.

Le bâton de pluie, ou palo de agua en espagnol, aussi appelé "cascades" au Chili, est fabriqué à partir d'une branche de cactus séchée ou d'une canne de bambou, selon son pays d'origine, qui, après avoir été creusée, est transpercée de baguettes en bois (ou d'épines de cactus) disposées en spirale, puis est remplie, avant d'en refermer les extrémités, de petites pierres de rivière ou de graines. Ainsi, le bâton de pluie, en l'inclinant doucement d'un côté puis de l'autre, permet d'imiter le son de la pluie ou d'une cascade.

Instrument de percussion de la catégorie des idiophones, répandu parmi les communautés autochtones mais également chez les bergers au Chili, il était utilisé, dans plusieurs régions du monde, tel un sablier, chronométrant le temps de parole de chaque orateur.

"Pouvant durer de 30 secondes à 2 minutes, le bâton accorde la parole à celui qui l'a en main.Cette technique est utilisée surtout lors de discussions enlevantes où tous les membres présents tentent d'émettre leurs opinions en cacophonie. Le bâton assure au détenteur de donner son optique sans être coupé par les autres interlocuteurs." (Source : www.ekopedia.org).

Ecoulement de l'eau ou écoulement du temps, le bâton de pluie donne le pouvoir à son détenteur, mais il rappelle aussi que ce pouvoir ne dure qu'un temps et qu'il faut savoir passer le relai.

Ci-desous, un petit extrait audio du son du bâton de pluie...

Bâton de pluie en cactus

Bâton de pluie en cactus

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost0

Les paésines, ou pierres-paysages d'Italie

Publié le par M. Aurangé

Les paésines, ou pierres-paysages d'Italie

Lors de ma dernière visite à la bourse des minéraux et fossiles de ma commune, j'ai déniché, pour mon plus grand bonheur, un fragment de paésine, modeste, certes, mais à mes yeux non négligeable, n'ayant jamais eu l'opportunité de m'en procurer auparavant.

La paésine, aussi appelée "pierre paysage" ou encore "marbre-ruine", est une variété de calcaire de la région de Florence dont la formation est due à l'infiltration d'une eau riche en sels minéraux.

Une fois sciée et polie, elle nous offre un splendide panel de couleurs et de formes à dominante ocre, évoquant des paysages désertiques ou ruiniforme, d'où son nom.

Il se peut qu'elle soit accompagnée de dendrites, auquel cas les paysages prennent des allures végétales.

Voici une pierre qui semble nous inviter à la poésie, à la rêverie dans la contemplation de ses paysages énigmatiques, fantasmagoriques...

Paysages de marbre, intemporels, immortels, n'appartenant ni au passé, ni au futur, simplement présents dans l'image qu'ils nous renvoient, d'une nature qui n'est finalement que le fruit de notre interprétation de formes et de couleurs figées dans la pierre par les aléas géologiques. Bien plus qu'une image, c'est une impression, une sensation à laquelle nous renvoient les paésines, à la fois inquiétante et fascinante, mais émanant du plus profond de nous-même.

Laissons vagabonder notre esprit en contemplant les paésines...

Source : www.carionmineraux.com

Source : www.carionmineraux.com

Source : www.carionmineraux.com

Source : www.carionmineraux.com

Source : domi33.blogs.sudouest.fr

Source : domi33.blogs.sudouest.fr

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost0

Le syndrome de la grenouille

Publié le par M. Aurangé

Le syndrome de la grenouille

Un ancien collègue m'avait une fois expliqué ce qu'était le syndrome de la grenouille :

Prenez une grenouille et mettez-la dans l'eau bouillante : sous l'effet de la douleur, elle aura un sursaut pour s'échapper.

En revanche, prenez une grenouille, mettez-la dans l'eau froide, et augmentez la température de l'eau petit à petit jusqu'à ébullition : la grenouille s'habituera au réchauffement sans s'en rendre compte et finira ébouillantée.

Ainsi, par phénomène d'accoutumance, pouvons-nous arriver à de graves situations.

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost0

Les vertus de l'Agave

Publié le par M. Aurangé

Les vertus de l'Agave

Au fil de mes lectures, j'ai découvert plusieurs informations intéressantes sur l'agave, cette plante dont on se sert dans l'élaboration de la tequila. Son nom, tiré du grec agauê qui signifie admirable, donne une idée de ses différentes qualités.

Tout d'abord, un livre, "Mexique, l'Homme et l'Agave", de Sabine Hargous, paru aux éditions L'Harmattan, retrace l'histoire de cette plante dans le Mexique de la période précolombienne jusqu'à nos jours.

"Pour des milliers de petits paysans mexicains, indiens ou métis, l'agave est plus qu'une plante. Connu depuis plus de dix mille ans, les Espagnols le surnommèrent " L'arbre à merveilles " pour ses innombrables utilisations. Sur les hauts plateaux arides, il constitue un fidèle allié qui aide à survivre, tandis que sur les basses terres tropicales il exprime la perpétuation d'un esclavage déguisé. Au nord comme au sud, cette plante qui a fait la richesse du Yucatan au XIXe siècle est aujourd'hui synonyme de faim, dans un Mexique qui demeure plus que jamais " le pays de l'inégalité "".

Les vertus de l'Agave

Selon un article paru dans le journal espagnol ABC en mars dernier "La planta del tequila también podría servir para controlar la diabetes" (vous trouverez la version originale ici), une étude récente a démontré que cette plante pouvait également avoir des effets bénéfiques sur le contrôle de la glycémie des personnes atteintes de diabète :

De l'agave pour contrôler le diabète (ABC)

Outre la fameuse tequila, l'agave contient un produit infiniment plus bénéfique pour la santé que le puissant alcool distillé que l'on extrait de ses feuilles. La clef résiderait dans les « agaves », sucres naturels singuliers (fructanes) se trouvant dans cette plante et qui, sans être digestibles pour l'être humain, pourraient agir comme une fibre alimentaire, sans élever la glycémie. De plus, ces fructanes, polymères de fructose dérivés de la molécule de saccharose, auraient également des effets prébiotiques reconnus, tels que l'amélioration de la présence de bifidobactéries dans le côlon et la prévention des maladies intestinales.

Selon les experts du Centre de Recherche et d'Etudes Avancées en Biotechnologie et Biochimie d'Irapuato, grâce à ces « agaves », non seulement les niveaux de glucose diminuent et ceux de GLP-1 (un péptide analogue au glucagon de type 1) augmentent, mais la production d'insuline est également stimulée. Bien que les agaves contiennent du fructose, elles comportent de longues chaînes ramifiées, liées entre elles, que le corps humain ne peut assimiler, de sorte qu'elles n'affectent pas la glycémie ; c'est pourquoi elles pourraient être utilisées pour contrôler le diabète de type 2.

Dans les études qui ont été réalisées, un groupe de souris a été nourri avec un régime standard et l'on a ajouté quotidiennement ces substances dans leur eau. Les souris ont été pesées chaque jour et leur glycémie a été contrôlée toutes les semaines. La plupart des souris qui ont pris ces substances mangeaient moins, ont perdu du poids et leur niveau de glucose dans le sang s'est réduit comparativement aux autres édulcorants comme le glucose, le fructose, la saccharose, le sirop d'agave et l'aspartame.

« Les agaves, comme d'autres fructanes composées de sucre fructose, sont les meilleurs édulcorants pour maintenir la croissance des bactéries bénéfiques pour la santé dans la bouche et l'intestin » explique Mercedes G. Lopez, qui souligne également qu'elles peuvent aider les gens à se sentir plus rassasiés, tout en réduisant l'alimentation. Toutefois, avertit la chercheuse, « comme l'éthanol de la tequila provient de la fermentation du glucose et du fructose produite après la cuisson des feuilles de cette plante, les agaves se transforment en éthanol et par conséquent, ne se trouvent plus dans le produit fini de la tequila ». De sorte qu'on ne peut rechercher d'effets bénéfiques pour les diabétiques dans l'ingestion de cette boisson alcoolisée, car il n'y en a pas.

Les agaves dérivés de la plante de la tequila sont, en outre, meilleurs que les édulcorants artificiels car ils ne provoquent pas d'effets secondaires, tels que les maux de tête. Le seul inconvénient, termine Mercedes G. Lopez, est que « le goût n'est pas aussi sucré que celui des édulcorants artificiels ». On ne peut pas être parfait.

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost0

Internet et notre rapport au réel

Publié le par M. Aurangé

A la lecture d'un article d'Hubert Guillaud rencontré par hasard sur le net, j'engageai récemment une réflexion sur l'impact d'Internet dans nos vies, en observant notamment l'utilisation qu'en font certaines de mes connaissances. De ceux qui sont derrière leur écran nuit et jour à ceux qui n'ont pas d'ordinateur chez eux, y a-t-il vraiment une grande différence ?

Si le rôle d'Internet dans l'accroissement du sentiment de solitude fait l'objet de nombreux débats et études, on remarque cependant que certaines personnes savent très bien gérer et leur vie "réelle" et leur vie "virtuelle", en tirant les profits de chacune d'entre elles.

Si Internet nous permet de nous exprimer plus librement et de nouer plus facilement des relations avec les gens, il ne faut pas oublier que ces relations restent relativement superficielles dans la mesure où les protagonistes ne se sont jamais rencontrés, les relations s'établissant durablement par la communication et celle-ci reposant essentiellement sur le non-verbal ; il faut donc savoir trouver un juste milieu.

Sur les relations entre la solitude et la socialisation en ligne (et notamment l'utilisation de Facebook), on peut lire cet autre article du même auteur, très intéressant, qui cite notamment une étude australienne de 2011 dont voici un extrait :

"Selon l’étude, les utilisateurs australiens de Facebook avaient en moyenne plus de relations amicales réelles, mais moins de relations familiales fortes. “Il se peut que Facebook encourage plus de contact avec les gens en dehors de notre maison, au détriment de nos relations familiales, ou bien il se peut que les gens qui ont des relations familiales malheureuses, en premier lieu, recherchent la compagnie par d’autres moyens, y compris Facebook. Les chercheurs ont également constaté que les personnes seules ont tendance à passer plus de temps sur Facebook : “Un des résultats les plus remarquables”, écrivent-ils, “a été la tendance des individus névrosés et solitaires à passer de plus grandes quantités de temps sur Facebook par jour que les individus non solitaires “.

Pour Yochaï Benkler, professeur à Harvard et auteur de la Puissance des Réseaux, il faut "regarder "comment l’internet change la façon dont on pense le monde", comment, "en nous connectant plus facilement à plus de personnes, [l'internet] permet d’accéder à de nouveaux niveaux de proximité ou d’éloignement selon des critères géographiques, sociaux, organisationnels ou institutionnels", en ajoutant à cette transformation sociale un contexte "qui capte la transcription d’un très grand nombre de nos conversations", les rendant plus lisibles qu’elles ne l’étaient par le passé".

J'ajoute un court-métrage sud-coréen sur cette problématique... à méditer.

N'étant pas spécialiste de ces questions quoique très intéressée par le sujet, tous vos commentaires seront les bienvenus.

Publié dans Divers, Réflexions

Partager cet article

Repost0

Gabriel García Márquez et le réalisme magique

Publié le par M. Aurangé

Ici, une interview de Jean-Michel Blanquer, président de l'Institut des Amériques et spécialiste de la Colombie, réalisée par le Figaro, à propos de Gabriel García Márquez, dont je parlais précédemment.

Je joins une petite vidéo de son dernier anniversaire (merci à Pierre de me l'avoir fait découvrir), hommage à ce grand auteur que j'admire beaucoup.

Partager cet article

Repost0

Qui suis-je...

Publié le par MA

Une petite présentation est nécessaire avant d'aller plus loin... Voici donc, en quelques mots, qui je suis...

Originaire de la région parisienne, j'ai abandonné la capitale pour le soleil méditerranéen, à la recherche de nouvelles muses et convaincue que l'ouverture au changement est la seule façon d'éveiller son esprit. Autant dire que la tâche est ardue, mais extrêmement attirante.. Ainsi ai-je débarqué dans une ville inconnue un beau matin d'été, pour tout reconstruire, et je construis encore... Sans aucun remord !

Ainsi en est-il de la poésie, comme de l'amour, d'ailleurs : Lorsque l'inspiration semble très loin, c'est soudainement qu'elle apparaît et vous fait prendre des virages radicaux. Ce qui nous enfermait dans des peurs devient alors de superbes opportunités : Surtout, ne pas hésiter à les saisir au vol !

Qui suis-je donc, alors ? Une amoureuse de la vie, qui cherche à transcender les conventions, à transmuter les peines et les émotions négatives pour en faire un carburant qui nous poussera en avant, une lumière bénie qui viendra guérir les maux, bref, je recherche l'alchimie poétique. C'est ce vers quoi je mets toute mon énergie et, en toute humilité, j'ai conscience que le chemin est encore long.... mais quel chemin !

Si vous parcourez ce blog dans l'ordre chronologique, vous vous rendrez compte que certains poèmes sont emprunts de beaucoup de souffrance. Oui, nous traversons tous nos périodes noires, nos ombres noires qui parfois nous rattrapent... Mais au-delà des ombres et des nuages, le soleil brille toujours, il ne faut jamais l'oublier. C'est aujourd'hui ce que je m'applique à insuffler à mes poèmes.

Vous qui lisez ceci, je vous remercie pour votre présence sur mon blog, et de contribuer ainsi à ma motivation et j'espère que vous y trouverez des mots, des ressentis qui sont au-delà des mots, qui vous parlerons, je l'espère, au plus profond de vous.

Marlène Aurangé

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost0

Pour commencer...

Publié le par MA

Pour commencer...

Bonjour à toutes et à tous,

Attirée depuis plusieurs années par tout ce qui touche à la littérature, aux langues, à la généalogie (témoignage de notre passé), à l'écriture... ce blog s'inscrit dans la continuité de ce que je faisais jusqu'à présent par écrit, à ceci près que je l'ouvre à un plus large public.

En proie à un manque d'inspiration grandissant (certainement car le fait de n'écrire que pour soi n'est pas toujours très motivant), j'espère trouver ici une nouvelle source d'inspiration.

J'y parlerai de sujets touchant à l'actualité littéraire, artistique, musicale, mais également de généalogie, pour rassembler et partager quelques informations intéressantes sur ces sujets. Ce blog a également vocation à tenir lieu de journal, dans la suite de celui que je tiens en version papier depuis 1998 et abordera de ce fait certains thèmes que je recenserai plus tard.

Bienvenue à qui veut bien me suivre !

Publié dans Divers

Partager cet article

Repost0