CopyrightFrance.com compteur
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Poème XLVII - La bataille des chimères

Publié le par M. Aurangé

J’ai jeté à terre mon corps et mes armes
Qu’en moi cesse le triste mélodrame
De ces vents contraires qui se battent acharnés
Sur le champ de bataille de mes pensées

Ou bien s’agit-il d’un théâtre
Où deux pantins aguerris se battent
Sans avoir conscience de n’être que lubies
Sous le regard narquois de passants ahuris

Coupez les fils, jetez les épées
Cessez ce conflit, inutiles poupées
Avant qu’en fracas se perde mon âme
Hissez le drapeau blanc, rétablissez le calme

Quand les chimères auront signé le traité de paix
Enfin les nuages se déchireront
Les brouillards épais se dissiperont
Et entrera la lumière de la vérité

Alors, enveloppée de ce calme inconnu
Je me relèverai pour regarder le ciel
De l’amour je toucherai l’éternel
Les yeux ouverts et le cœur sans armure.

 

Marlène Aurangé

Partager cet article

Repost0