CopyrightFrance.com compteur
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Poème V - Le départ

Publié le par M. Aurangé

Nuages cotonneux
Dans le ciel si bleu
Journée de février
Si ensoleillée
Soleil sur le verre
Des vitres et caténaires

Le train ronfle dans la gare
Les voyageurs sur le départ
Se pressent sur le quai
Jusqu'au coup de sifflet

Sous le pont de Saint Lazare
Le train s'engouffre et part
Il file à toute allure
Entre villages et verdure
Maisons à colombages
Rivières et forêts sages

Et jusqu'à la mer
Ce havre de paix
Où le tumulte se cache sous les eaux claires

Marlène Aurangé

Détail de "L'heure de Tous" (1985), oeuvre d'Arman située cour du Havre à Paris, devant la gare Saint-Lazare (Laurent Lagneau, source : http://france3-regions.francetvinfo.fr)

Détail de "L'heure de Tous" (1985), oeuvre d'Arman située cour du Havre à Paris, devant la gare Saint-Lazare (Laurent Lagneau, source : http://france3-regions.francetvinfo.fr)

Partager cet article

Repost0

L'Homme

Publié le par M. Aurangé

"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais"... Vers de Lamartine qui soudain s'est imposé à mon esprit, mes recherches m'ont rappelé qu'il était extrait de ce long et magnifique poème du recueil Méditations poétiques paru en 1820.

Je marche dans la nuit par un chemin mauvais,
Ignorant d’où je viens, incertain où je vais,
Et je rappelle en vain ma jeunesse écoulée,
Comme l’eau du torrent dans sa source troublée.
Gloire à toi ! Le malheur en naissant m’a choisi;
Comme un jouet vivant, ta droite m’a saisi;
J’ai mangé dans les pleurs le pain de ma misère,
Et tu m’as abreuvé des eaux de ta colère.
Gloire à toi ! J’ai crié, tu n’as pas répondu;
J’ai jeté sur la terre un regard confondu.
J’ai cherché dans le ciel le jour de ta justice;
Il s’est levé, Seigneur, et c’est pour mon supplice !
Gloire à toi ! L’innocence est coupable à tes yeux :
Un seul être, du moins, me restait sous les cieux;
Toi-même de nos jours avais mêlé la trame,
Sa vie était ma vie, et son âme mon âme;
Comme un fruit encor vert du rameau détaché,
Je l’ai vu de mon sein avant l’âge arraché !
Ce coup, que tu voulais me rendre plus terrible
La frappa lentement pour m’être plus sensible;
Dans ses traits expirants, où je lisais mon sort,
J’ai vu lutter ensemble et l’amour et la mort;
J’ai vu dans ses regards la flamme de la vie,
Sous la main du trépas par degrés assoupie,
Se ranimer encore au souffle de l’amour !
Je disais chaque jour : Soleil ! encore un jour !
Semblable au criminel qui, plongé dans les ombres,
Et descendu vivant dans les demeures sombres,
Près du dernier flambeau qui doive l’éclairer,
Se penche sur sa lampe et la voit expirer,
Je voulais retenir l’âme qui s’évapore;
Dans son dernier regard je la cherchais encore !
Ce soupir, ô mon Dieu ! dans ton sein s’exhala;
Hors du monde avec lui mon espoir s’envola !
Pardonne au désespoir un moment de blasphème,
J’osai… Je me repens : Gloire au maître suprême !
Il fit l’eau pour couler, l’aquilon pour courir,
Les soleils pour brûler, et l’homme pour souffrir !

Alphonse de Lamartine, Méditations poétiques, L'Homme, extrait

Abraham Janssens, Allégorie de l'Inconstance, vers 1617

Abraham Janssens, Allégorie de l'Inconstance, vers 1617

Partager cet article

Repost0

Citation - Confucius

Publié le par M. Aurangé

Nulle pierre ne peut être polie sans friction, nul homme ne peut parfaire son expérience sans épreuves.

Confucius

Portrait de Confucius (www.philosophers.co.uk)

Portrait de Confucius (www.philosophers.co.uk)

Publié dans Citations

Partager cet article

Repost0

Poème IV - Dis kai tris to kalon

Publié le par M. Aurangé

Willem Haenraets (www.posterdejardin.fr)
Willem Haenraets (www.posterdejardin.fr)

(Dans la lignée du Poème III-Nostalgie)

Si parfois les adieux ne sont qu'un au revoir
Désormais les mots ont brisés tout espoir
Cette nuit étoilée jamais ne reviendra
Celle où tendrement tu me prenais dans tes bras

Sous un parapluie, ma main dans la tienne
Pluie légère tombant sur nos cœurs
Nous allions sur les bords de la Seine
Et je croyais entrevoir le bonheur

Dis kai tris to kalon...

Mais les fleurs les plus belles fanent un jour
Les pétales se meurent, tombent dans la Seine
Où se noient tout comme nos amours
Toutes les roses du Bahreïn

Rouge et blanc. Tu m'as fait entrevoir
Un palais des Mille et Une Nuits
Les voilages flottant dans l'air du soir
Et des ouds et rabâbs la douce mélodie

Dis kai tris to kalon...

Mais la rose du Bahreïn à ton cœur accrochée
D'un rouge éclatant telle une goutte de sang
Pour moi s'est flétrie dès que fut prononcée
La parole qui transperça mon cœur aimant

Et ma rose éphémère en perdant ses couleurs
Telle une flèche empoisonnée se planta en mon cœur
Dès que j'appris que dans ton jardin
Une autre rose occuperait tes lendemains

Dis kai tris to kalon...
A ces mots, je t'abandonne

Marlène Aurangé

Peinture lavis encre de chine (www.hebus.com)

Peinture lavis encre de chine (www.hebus.com)

Partager cet article

Repost0

Malagueña salerosa

Publié le par M. Aurangé

Pour rester sur une note musicale en ce début de février, j'ajoute, en complément de ma précédente publication, cette superbe interprétation de la "Malagueña Salerosa" mexicaine par los Sabandeños.

Paroles :

Que bonitos ojos tienes
Debajo de esas dos cejas
Debajo de esas dos cejas
Que bonitos ojos tienes.

Ellos me quieren mirar
Pero si tu no los dejas
Pero si tu no los dejas
Ni siquiera parpadear.

Malagueña salerosa
Besar tus labios quisiera
Besar tus labios quisiera.
Malagueña salerosa

Y decirte niña hermosa
Que eres linda y hechicera,
Que eres linda y hechicera
Como el candor de una rosa.

Si por pobre me desprecias
Yo te concedo razón
Yo te concedo razón
Si por pobre me desprecias.

Yo no te ofrezco riquezas
Te ofrezco mi corazón
Te ofrezco mi corazón
A cambio de mi pobreza.

Malagueña salerosa
Besar tus labios quisiera
Besar tus labios quisiera.
Malagueña salerosa
Y decirte niña hermosa.

Que eres linda y hechicera,
Que eres linda y hechicera
Como el candor de una rosa.
Y decirte niña hermosa.

Publié dans Musique

Partager cet article

Repost0

Folías de libertad

Publié le par M. Aurangé

Une chanson des Îles Canaries que j'aime beaucoup, "Folías de libertad", interprétée par "Los Sabandeños", groupe de musique populaire des Canaries formé en 1966.

Paroles :

Al canario
Al canario
le partieron el pico
el pico con una azada
parece que convenía
que el canario no cantara.
parece que convenía
que el canario no cantara.
al canario le partieron
el pico con una azada
¡Ay, canario lindo!,
¡ay, lindo canario!,
vente con nosotros
y deja al falsario.
Aquel pequeño cantor
que cantaba entre barrotes,
que cantaba
que cantaba entre barrotes
desgañitó su cogote,
rompió la jaula y voló.
desgañito su cogote
rompio la jaula y voló
Aquel pequeño cantor
cantó
Se fue con su vuelo
y con su cantar,
en pos de los vientos
de la libertad.
La alegría del canario
es darle vida a un cantar,
darle vida
es darle vida a un cantar,
y al compás de una folía,
dejarlo libre volar.
y al compas de una folía
dejarlo libre volar
la alegria del canario
es darle vida a un cantar
Del monte hasta el pico,
del mar a la sierra,
miles de canarios
defienden su tierra

Publié dans Musique

Partager cet article

Repost0

Retrouver un ancêtre marin

Publié le par M. Aurangé

Retrouver un ancêtre marin

Pour continuer mon recensement d'ouvrages relatifs à la généalogie et dans le cadre du Grand Salon de la Généalogie qui se tiendra les 6 et 7 mars prochain à la mairie du 15ème arrondissement de Paris (lien ci-dessous), je présente aujourd'hui l'un des ouvrages de Christian Duic, fondateur du cercle généalogique du Sud-Bretagne.

L'auteur, né à Lorient, issu d'une famille de marins et patrons pêcheurs depuis au moins dix générations, s'intéresse à la généalogie dès l'âge de 15 ans et aborde très rapidement les archives de la marine. Il a notamment publié "La famille Le Duic", trois siècles d'aventures maritimes et de pêches en Bretagne Sud, et a été récompensé en 2003 par le prix de généalogie du ministre délégué à la famille.

Si environ 45 000 marins naviguent aujourd'hui pour la Défense, le commerce ou la pêche, ils furent jusqu'à 200 000 à la fin du XIXème siècle. Depuis des ordonnances royales au XVIIème siècle, des institutions ont produit un grand nombre de documents. La carrière d'un marin peut ainsi être retracée, aussi bien pour un officier que pour un simple matelot. La matricule des gens de mer, primordiale, recense tous les embarquements. D'autres documents s'intéressent aux caractéristiques des navires, à leurs campagnes de navigation, aux décès en mer...

Le guide "Retrouver un ancêtre marin" présente aux généalogistes les sources et méthodes explorées par un spécialiste des archives maritimes. Cela permet de compenser la dispersion géographique des sources et de réunir en un ouvrage les connaissances de l'auteur sur l'existence et l'exhaustivité des fonds.

Source : www.geneanet.org

Partager cet article

Repost0